tuilc5

LISTES DES PETITS PANS DE MURS MOCHES

Proust, vous vous en souvenez, fait une longue digression sur un petit pan de mur jaune que l'on voit dans la Vue de Delf de Vermeer. On dirait qu'il existe dans chaque bâtiment sublime, pour en marquer l'imperfection et rappeler qu'il n'a été créé que par des hommes, un petit pan de mur moche. Au Louvre, c'est le bout du pavillon de Rohan, quand apparaît le décrochement du musée des Arts décoratifs. Et ce mur, pas plus large qu'une porte, saillant contre la lancée de pierres de taille du bâtiment, est en moellons. Lorsque, à l'époque de la construction de la pyramide, qui donne au palais des rois des musées un petit aspect de restaurant de bord d'autoroute, on a restauré le Louvre à grands frais, on a nettoyé les moellons, qui sont ainsi bien blancs et bien bombés comme des ris de veau. Il existe sans doute toutes les raisons pour ne les avoir pas plaqués de pierre, mais toutes les raisons ne font pas la raison.

L'inconvénients des livres qu'on écrits en plusieurs années, et de ne pas aimer la documentation, est que l'on, est que je perds mes notes. Doublez-le d'une mémoire hasardeuse, et voilà, je ne sais plus quels sont les petits pans de murs moches que j'avais relevés par le monde, bien négligemment, sur un post-it ici, une marge de magazine là. Bah! comme les vignettes Panini de notre enfance que nous collions dans les albums "des plus grands footballeurs du monde" (quand je pense que j'ai fait ça!), ce genre de livre est fait pour être complété par les lecteurs.

Charles Dantzig, Encyclopédie capricieuse du tout et du rien, Grasset 2009