IMG_2871

Un joli très petit coffre japonais au musée des art appliqués de Vienne

Permettez-moi un peu de japonisme dans nos viennoiseries... Hier midi, mon étudiante Reiko est venue m'apporter un petit présent : un paquet de bolo, ces tout petits biscuits ronds comme des billes qui, depuis ma lecture de La marche de Mina, de Yoko Ogawa, me faisaient tant rêver... Quelle jolie surprise, d'autant que ce petit paquet a fait un long voyage exprès pour moi depuis le Japon. J'imagine la manan de Reiko mettant dans son panier, à l'épicerie, ce petit paquet pour le prof de français de sa fille. Merci, merci!

Ce qui est drôle, c'est que ces petits biscuits portent un nom portugais, souvenir d'un ancien lien entre le Japon et le Portugal... Des bolo, donc.

Reiko m'a dit que c'était des biscuits que l'on donnait très tôt aux enfants, à cause de leur texture fondante... J'attends le moment propice pour les goûter!

IMG_2925

 

"Cela faisait bien longtemps, depuis que j'étais bébé, que je ne mangeais plus de Bolo, mais dans la maison d'Ashiya, on les considérait comme une alimentation saine, à haut pouvoir nutritionnel et digeste. Le bon sens, dans la maison d'Ashiya, voulait que boire du Fressy et manger des bolo renforce l'effet du bain de lumière.

Mais le plus curieux était qu'on les appelait des Bololo, à Okayama, personne ne les nommait ainsi. On aurait dû dire Bolo aux oeufs. Cependant, les habitants de la maison d'Ashiya, non seulement madame Yoneda et Mina mais même monsieur Kobayashi répétaient sans la moindre honte "Bololo, Bololo". Cette appellation évoquait pour moi des seins, en particulier des mamelons. Il est vrai que leur couleur chair légèrement dorée et leur forme ronde qui donnait instinctivement envie de les faire rouler dans la main les faisait beaucoup ressembler à des mamelons. C'est justement pour cela que j'étais un peu honteuse des résonances de ce mot cru et un peu idiot. Nous avons partagé les Bolo qui étaient sur une assiette. Mina les prenait un à un pour les porter à sa bouche en cul de poule et les croquait dans un joli bruit. Ces jambes ballantes étaient découvertes jusqu'aux cuisses à cause de sa combinaison trop courte. De près, la silhouette adorable de Mina se détachait avec encore plus de fraîcheur, comme si elle se rapprochait de moi au point que j'avais peur de la regarder. Ses yeux étaient grands ouverts, et d'un point au plus profond de ses pupilles émanait de la lumière. Son nez droit se découpait nettement sur son visage auquel il donnait un relief significatif. Ses joues pleines en regard de la minceur de son corps n'avaient pas une seule imperfection."

Merci Reiko, j'espère que j'ai mis le paquet de Bolo dans le bon sens pour la photo!